Le Cahier de Leïla : de l’Algérie à Billancourt 

Par Kélijah                        

Ce livre a été écrit par Valentine Goby et illustré par Ronan Badel.

Il relate la vie de la jeune Leïla qui se trouve chamboulée lorsqu’elle se voit obligée de quitter sa vie en Kabylie en 1963. Ses parents espèrent trouver une vie meilleure en France, aussi partent-ils s’installer avec leur fille à Billancourt (commune française située dans les Hauts-de-Seine). Son père est attendu pour travailler chez Renault à Boulogne-Billancourt où se trouve le siège social de l’entreprise. 

Leïla tient alors un journal dans lequel elle décrit ses sentiments, ses peurs, ses craintes et ses joies, mais aussi les bouleversements que provoque l’idée du déménagement. Mille questions se bousculent dans sa tête à ce sujet. 

Ensuite elle éprouve un vague sentiment de joie à l’idée de s’installer dans un nouveau pays où les conditions de vie pourraient être meilleures. Puis, lorsque son père annonce le grand départ, c’est l’excitation ! Un nouvel appartement, avec trois chambres ! De nouvelles copines ! Une nouvelle langue ! Et surtout… Aller à l’école ! Leïla allait déjà à l’école en Kabylie, mais tous les niveaux y étaient mélangés avec une seule salle de classe et un seul professeur. Leïla est alors très impatiente. Il lui tarde de décoller, de s’envoler…

Malheureusement l’atterrissage dans sa nouvelle vie fait bien plus mal qu’elle ne le  pensait. L’adaptation à la vie en France de la famille Boulkroun se fait bien difficilement.

Première difficulté : le racisme. Lors de son arrivée, Leïla est déjà victime de moqueries racistes, de la part de ses camarades mais aussi de sa maîtresse ou même de la boulangère du quartier.

Le logement est vétuste et précaire, la famille dort sur des matelas, tous entassés les uns sur les autres, sans intimité. Les travaux du logement attendu ont pris plus de temps que prévu, alors durant plus de deux semaines, ils sont obligés de vivre là. Seconde déception. 

A l’école, Leïla fait de son mieux pour s’intégrer. Malheureusement ses camarades lui rendent la vie dure. Malgré cela, elle se lie d’amitié avec une camarade de classe qui va l’aider à améliorer son français et qui l’invitera même à son anniversaire !

Son pays natal lui manque. “Ô chère Kabylie…seul pays où comme chez moi je me sentais…”.

J’ai beaucoup aimé ce livre, dans lequel je me suis rapidement attachée à Leïla et sa famille. En me mettant à la place de Leïla, j’ai ressenti la peine et le mal-être qu’elle a pu endurer lors de son arrivée sur ce nouveau territoire. Malgré tout, Leïla est une jeune fille intelligente, courageuse et pleine de vie. Alors je conseille fortement ce livre, qui est d’ailleurs disponible au CDI.


Goby, Valentine / Badel, Ronan. Le cahier de Leïla : de l’Algérie à Billancourt. Autrement Jeunesse, 2007. 48 p. : ill. en coul. ; 27 x 21 cm. Français d’ailleurs. Dispo au CDI

                                      

Un commentaire sur “Le Cahier de Leïla : de l’Algérie à Billancourt 

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :