Traduit par Emma, Barbara et Anna (de la langue des moustiques au français)

Je suis un moustique espion, et aujourd’hui j’ai infiltré les rangs du collège Fraissinet à l’heure de la récréation…

J’ai commencé par planer jusqu’à deux élèves de sixième qui jouaient à la balle dans un coin de la cour. Des troisièmes sont arrivés et la leur ont volée, ce qui a déclenché une bagarre. Au bout d’une lutte acharnée, les sixièmes ont récupéré leur balle. Très contents de l’avoir reprise, ils ont recommencé à jouer mais un “sourvillon” (c’est comme ça que les élèves ont appelé cette personne) la leur a repris. Je ne sais pas vraiment ce qu’est cette nouvelle espèce, les “sourvillons”, mais en tout cas ils ne sont pas dans la liste noire de Sanguini ! Enfin méfions-nous, je dois les espionner.

J’ai décidé de me percher sur les cheveux d’un jeune humain prénommé Arngneau. Apparemment quelqu’un lui avait volé son goûter et il était très triste. J’aurais voulu l’aider à le retrouver mais j’étais bien trop petit ! Je trouve les humains cruels, il faudra que je le marque dans mon rapport ! Encore une  preuve de la bêtise des humains, Sanguini ne sera pas étonné.

J’ai virevolté jusqu’à la chair tendre de plusieurs jeunes ados penchés sur leurs cahiers. J’ai bu ma boisson préférée tout en écoutant attentivement la conversation de ces adorables petits collégiens… Je suis tout de même un espion infiltré sur le terrain pour découvrir des informations secrètes que je dois rapporter à mon patron, Sanguini. Il faut que je mène à bien ma mission, par Dracula ! Il était question d’une évaluation de mathématiques sur le théorème de Pythagore… Qui est cette personne ? Peut-être est-ce l’inventeur d’une arme secrète que les humains ont inventée pour contrôler le monde !? Je continue d’écouter discrètement mais cette discussion sur les triangles ne correspond pas vraiment à ce que je cherche… 

J’ai ensuite volé jusqu’au cou d’une jeune sixième qui papotait avec, je pense, l’une de ses amies. D’après ce que j’ai compris, cette discussion était de la plus grande importance. Je vais vous expliquer ce que j’ai entendu et vu… La fille sur laquelle je me suis posé parlait d’un garçon prénommé Piarro qui était dans sa classe : selon les rumeurs qui circulaient, il était amoureux d’elle. Elle s’est ensuite levée et je l’ai suivie. Avec son amie, elle a marché jusqu’à ce garçon et lui a déclaré devant tout le monde : 

– Il parait que tu es amoureux de moi ?… Eh bien moi aussi je t’aime.

Piarro a répondu : 

– Oui, un petit peu, et je suis content de savoir que toi aussi. 

Alors elle a dit :  

– Mais moi c’était une blague hahahahahaha !!! Maintenant je sais que tu m’aimes ! 

Et elle est partie en courant, toujours suivie de son amie. J’ai trouvé que sa parole était très méchante alors je suis allé la piquer, et là elle s’est mise à crier “aïe !!!!!!!”. Après ça, sur le chemin du retour, j’ai croisé Piarro : il était en train de pleurer en se cachant des autres car il était très gêné par ce qui venait de se passer.

La récréation est finie. Je plane actuellement dans un long corridor noir qui, je le suppose, mène à une salle de torture pour les compagnons de mon espèce, salle sur laquelle je suis chargé d’enquêter aujourd’hui (c’est l’objectif premier de ma mission). Je vole à ma vitesse maximale. Comme mon professeur d’EPS serait fier de moi ! Une larme coule sur ma joue de moustique alors que je pense à mes années d’insouciance. Une porte se tient en face de moi : j’entre par le trou de la serrure et, sans chercher à distinguer quoi que ce soit, je fonce. Je pique la première chair humaine que je vois. Un cri retentit. Je reprends mes esprits et regarde la pièce dans laquelle je me trouve. Quel idiot je fais, me voilà enfermé dans cette salle de torture où je vais rester pour le restant de mes jours !

Une humaine s’approche dangereusement de moi et me demande :

– Veux-tu t’inscrire au club journal ?

Je pense que c’est ma seule solution alors je réponds oui. 

Et c’est ainsi que je suis devenu moustique reporter pour le Fraissactus ! 

A bientôt pour un nouveau reportage !

Défi #1 : raconter la cour de récréation en 45 min.

.